The Black Box Revelation + General Fiasco @ le Point Éphémère, Paris, 14 avril.

Sur Silver Threats, leur deuxième album, les deux Belges affichent une volonté de maturité débouchant sur des morceaux moins enflammés, plus posés et lourds, signes de changement, d’évolution, d’envie de faire pas pareil que sur Set Your Head on Fire, ce premier effort sentant le souffre qui avait tant bluffé tout le monde l’année dernière. Voilà pour le décor.

La soirée de mercredi fut la parfaite transposition en live de cette l’opposition relative des deux albums : moments de bravoure extatique d’un côté, avec des I Think I Like You, I Don’t Want It, You Better Get in Touch With the Devil et Set Your Head on Fire taillant la salle en pièce, déclenchant des mouvements de corps excités venant écraser le premier rang au milieu duquel je m’étais réfugié (au point de me rappeler Eagles of Death Metal au Bataclan l’année dernière, c’est dire) ; passages plus calmes de l’autre avec des Gravity Blues, Our Town Has Changed for Years Now ou Do I Know You empreints d’un blues lancinant et lascif plus ou moins efficace. Arrivé au milieu du set, je réalise que si je garde un souvenir brûlant des deux précédents passages de The Black Box Revelation (en première partie de Ghinzu puis à la Flèche d’Or), c’est peut-être parce que les deux sets étaient courts et que le duo se voyait dès lors forcé de livrer un condensé de lui-même, évidemment corrosif. Se retrouvant avec toute la soirée pour eux seuls, Paternoster et Van Dijck se mettent à l’aise et laissent passer des moments calmes qui, s’ils permettent à tout le monde de souffler cinq minutes, finissent par tacher quelque peu le tableau.

Bien sûr, The Black Box Revelation reste The Black Box Revelation : l’association d’un grand échalas aux longues mains tricotant des riffs comme pas deux et d’un frappeur jovial massacrant ses fûts en affichant la béatitude la plus complète. La réponse de Bruxelles à Détroit. C’est pas peu dire. Reste que mercredi un truc manquait pour rendre la soirée parfaite. Un peu de mise en danger. Plus d’étincelles de folie pour mettre le feu aux poudres. Le choix de Here Comes the Kick aux dépens de Love, Love Is on My Mind en guise de final est significatif : sans estocade on n’achève personne. Le public ressort vivant. Éreinté mais frustré. Un peu rageant.

 The Black Box RevelationDo I Know You

General Fiasco

The Black Box Revelation

7 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Yaumerépondre
17 avril 2010 à 17 h 23 min

Le loto Photo du jour (ça faisait longtemps, avoue ca te manquait)
General Fiasco : 1,3,9
BBR : 2,4,6,7,8,9,10,18,19,20

Chouette série! En espérant qu’ils tournent en festoch cet été!!

18 avril 2010 à 15 h 04 min
– En réponse à: Yaume

Ah oui en effet, merci monsieur.
[Waw BBR t’a plu dis donc, coolaïe]

Yep espérons !

17 avril 2010 à 18 h 32 min

Ah oui. Ça ressort encore mieux que ce à quoi je m’attendais, dis donc.

[Et aucun mot sur General Fiasco ? Ahah.]

18 avril 2010 à 15 h 05 min
– En réponse à: Zys

Merci beaucoup !

[Non parce que j’ai eu la flemme. Pourtant ils n’ont pas démérité je trouve. Pas inoubliables mais pas déplaisants non plus.]

Ah au passage merci aussi pour votre aide au premier rang, hein, c’était cool.

LaGommeInarépondre
18 avril 2010 à 7 h 28 min

Q-Q-Quoi ? Tu postes le samedi maintenant ? Avec beaucoup du texte et des photos qui envoient du pâté en plus ? Ca se voit que c’est la fin du monde 😉

18 avril 2010 à 15 h 06 min
– En réponse à: LaGommeIna

Quand l’actu l’Edwige, oui.
J’espère que ton pâté est bien arrivé tout ça.

Et merci aussi sinon, content que t’apprécies.

The Black Box Revelation l’interview | HARTZINErépondre
11 mai 2010 à 20 h 34 min

[…] qui flotte, là, un rat mort ? Bon. Un tenage (oui, du verbe “tiendre”) de flash pour une séance photo plus tard, c’est déjà mon tour. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :