2008 en… #4.

2008 en 10 trucs de fous trop dingues

Le décompte à la Miss France ayant été super bien reçu l’année dernière par l’association des brodeuses sur soie de Saligny-sur-Loire, on va remettre ça cette année pour leur faire plaisir.

10 | The Ting Tings ― We Started Nothing

Ils ont effectivement commencé quelque chose, et quelque chose de bien. Les Ting Tings ont fait cette année dans l’irrésistible, le déluré et le chaloupé sans dépasser les limites du raisonnables ― donc du chiant ― , et 2008 s’achève en emportant avec au moins un Shut Up and Let Me Go ― traduit « tais-toi prends un vélo » par mewa si vous voulez l’entendre venez me payer des Guinness jusqu’à ce que chant s’en suive ― et un That’s Not My Name dans sa longue liste de titres de fous qui auront marqué l’année et ses soirées. [En photos →]

9 | The Black Angels ― Directions to See a Ghost

Je ne vais pas trop épiloguer là-dessus après la note d’avant-hier : tout le bien que je pense des Black Angels rejaillit forcément sur cet album en forme de litanie électrisée et désespérée rouge et verte aussi. Bel album, beau groupe, concerts à retravailler un peu mais on vous aime quand même, des bises. [En photos →]

8 | Oasis ― Dig Out Your Soul

Depuis le temps, on sait que le meilleur album d’Oasis est derrière eux. Il faut l’accepter et vivre avec. Cela n’empêche pas Dig Out Your Soul d’être à la hauteur, point. Avec des Shock of the Lightning, des Falling Down, Ain’t Got Nothing et des To Be Where’s There’s Life, les frères Gallagher se sont montrés dignes de leurs jeunes années tout en faisant mieux que Don’t Believe the Truth, qui était lui-même mieux qu’Heathen Chemistry. Les albums passent, les Mancuniens sont toujours là et, en attendant que Blur reviennent, ils jouent tout seuls dans leur catégorie, trop vieux pour rivaliser avec les jeunes et trop jeunes pour se comparer aux vieux. Oasis vit toujours et c’est déjà bien, de moins en moins de groupes peuvent se vanter d’en faire autant. [En photos →]

7 | TV on the Radio ― Dear Science

TV on the Radio est un groupe cool que c’est la frime de les écouter, on pourrait même les qualifier de branchés si cette dernière expression l’était toujours, branchée. À coups de Red Dress impatient, Shout Me Out courant après la montre, DLZ vengeur et Lover’s Day envolé, TV on the Radio signe un album urbain dans la lignée des précédents, ce genre qui colle parfaitement à une chevauchée de métro quand on est en retard pour le boulot, scotché sur ta vie comme si subitement tu vivais à New York. Leur premier qui me marque à ce point. Je ne suis pas mécontent de suivre la haÿpe, pour une fois. [En photos →]

6 | The Raconteurs ― Consolers of the Lonely

En voilà un qu’on m’a bien gâché. Malgré ça, ce deuxième Raconteurs est largement au-dessus de son prédécesseur grâce à une prod bien meilleure et des compos plus incisives. Cette année, White et sa bande on enfin passé la 5e, subitement tout va mieux, on part pour l’album de l’année juché sur des Salute Your Solution, Consoler of the Lonely, Five on the Five, Carolina Drama et puis… Non. La vie. Mais je salue quand même l’effort. [En photos →]

5 | The Dandy Warhols ― …Earth to the Dandy Warhols…

Et voilà les Dandys ressurgissant dans ma vie. Pas leur meilleur album non plus, Thirteen Tales of Urban Bohemia ayant mis la barre haut à son époque, mais …Earth to the Dandy Warhols… a eu au moins le mérite de me réconcilier avec eux alors que nous étions fâchés depuis Welcome to the Monkey House. Trois albums plus tard, enfin, on se rabiboche. J’y peux rien, je suis de nature rancunière. C’est mal mais je me soigne. [En photos →]

4 | I’m From Barcelona ― Who Killed Harry Houdini?

Jack White mis à part ― on trouve toujours une place pour un Jack White dans les classements de fin d’année, la vie est ainsi faite ―, I’m From Barcelona se retrouve seul survivant de mon top album 2007, après le lamentable échec de Kings of Leon et de leur Only by the Night à vite oublier dans les cachots de la honte musicale, l’incapacité de Cold War Kids à faire quoi que ce soit d’intéressant sur Loyalty to Loyalty et les vacances prises par tous les autres. I’m From Barcelona, cette année, a pris son image de groupe de bisounours toujours guet’z et prêts à faire des poutoux à tout le monde, l’a mise en pièces et a recollé le tout à l’envers, pondant un album bien plus sombre, prenant tout le monde sur un contre-pied inattendu. Le résultat est épatant, la bande d’Emanuel Lundgren s’éclaire d’un jour ― ou plutôt d’une nuit ― nouvelle, la musique m’a tué, Houdini est mort et la multitude suédoise finit cette année 2008 dépouillée de son costume de carnaval. Ce n’est pas une légende, les clowns les plus drôles peuvent vraiment être les gens les plus tristes. [En photos →]

3 | Bloc Party ― Intimacy

Voilà un groupe qui aura mis le temps à me percer à jour. Silent Alarm me laissait de marbre en 2005, je ne jetais même pas une oreille sur A Weekend in the City deux ans plus tard, et voilà subitement qu’Intimacy me marque avec ses Signs, Ares, One Month Off, Halo, prouvant que je ne suis finalement pas un si gros imbécile que ça puisque je finis par changer radicalement d’avis sur le groupe. Douce flatterie, rassurant constat, même la pochette est une des plus jolies de l’année, voilà le quartette sur mon podium 2008. Drôle d’année, décidément. [En photos →]

2 | The Kills ― Midnight Boom

Un album qui tabasse d’un bout à l’autre, je ne vois pas quoi ajouter. Pourtant pas tellement éloigné des deux premiers Kills, Midnight Boom est la soudaine explosion du duo qu’on commence à subitement retrouver partout. L’année prochaine, ils feront la Star Académie en trio avec Miquailze et Looane et ce sera bien fait pour eux, tiens, ils l’auront bien cherché, merde à la fin, on n’a pas idée de sortir des trucs pareils, une vraie mine de bandes-sons pour ce journal électronique, avec des textes aussi bien torchés et des mélodies épurées et fatales. Je serais musicien, tant de perfection simpliste me déprimerait grave, en fait. [En photos →]

1 | Eddie Vedder ― Into the Wild

J’avoue, c’est super-gonflé d’aller mettre en album de l’année 2008 un truc qui est sorti en 2007. Cela étant, beaucoup ayant placé In Rainbows dans leurs classements 2008 alors qu’il est sorti l’année dernière, je prends donc le droit de faire de même devant la nécessité : Into the Wild est le seul album que je me suis écouté complètement, dans l’ordre et sans rien zapper cette année. Ce disque se pose en invitation au voyage géante, l’album idéal du train, l’album parfait de la bagnole, l’album évident de l’avion mais surtout l’album qui colle aux semelles de la moindre équipée pédestre. Parfait de son intro à sa piste cachée, toujours prêts à partir et toujours content de rentrer, moi qui pensait que seuls les labradors étaient vraiment fidèles, je découvre que les chanteurs à cheveux longs et chemises en draps aussi. En 2009 lui et moi en aurons encore à vivre, à découvrir, juste tous les deux. Et c’est tant mieux. [En photos →]

Bande-son : Eddie VedderRise

2007 en 10 albums graves

      1. Arcade Fire ― Neon Bible
      2. Editors An End Has a Start
      3. The White Stripes ― Icky Thump
      4. PJ Harvey ― White Chalk
      5. Kings of Leon ― Because of the Times
      1. Black Rebel Motorcycle Club ― Baby 81
      2. The Wombats ― The Wombats Proudly Present: A Guide to Love, Loss and Desperation
      3. I’m From Barcelona ― Let Me Introduce My Friends
      1. Interpol ― Our Love to Admire
      2. Radiohead ― In Rainbows

1998 en 5 disques méchants

      1. K’s Choice ― Cocoon Crash
      2. Oasis ― Be Here Now
      3. Manic Street Preachers ― Everything Must Go
      4. Pearl Jam ― Yield
      5. Soul Asylum ― Candy from a Stranger

15 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Yaumesrépondre
29 décembre 2008 à 12 h 41 min

oh putain le bloc party et le tingtings sont surprenants ici! Sinon pour le reste j’comprends. Va falloir que je m’attaque à mon top 5 2008 parce que je sais pas faire de top 10

Blaireaurépondre
29 décembre 2008 à 13 h 15 min

Sympa le classement ( les commentaires sont cools en fait ).
J’vais écouter le Black Angels moi.

On peut rajouter le Last Shadow Puppet, Airbourne, Muse (HAARP) … MGMT même, ou Black Ice ( ouais, en fait nan ) .. en français, le Coming Soon était vachement bien.

The Raconteurs, Consolers Of The Lonely, meilleur album de 2008 !

Yaumesrépondre
29 décembre 2008 à 14 h 18 min

Ah oui j’viens de me rendre compte que le dernier portishead n’est pas dans le top. T’as fait l’impasse ou juste t’as pas du tout accroché?

Soit dit en passantrépondre
29 décembre 2008 à 18 h 16 min

# 1. Cela ne me choque pas car Into The Wild est MON film 2008 ; si tu considères que le film est sorti début janvier 2008 ça marche : ) As-tu vu le film aussi ? J’avais écouté le disque de Vedder bien avant également si bien que lorsque je suis allée voir le film, c’était vraiment étrange comme sensation : je n’avais jamais autant prêté attention à une bande son que je connaissais par cœur (si l’on excepte des films comme Rattle and Hum bien évidemment). Ce n’est pas tant le disque de Vedder que tout ce que véhicule ce film qui m’a portée tout 2008 et je pense qu’il a eu un effet catalyseur à cet énorme besoin de liberté qui m’a portée tout le début d’année.
Quoi qu’il en soit je te rejoins énormément dans ce choix (plus que tu ne l’imagines) mais je le laisse hors-tops.

#2. OUI pourquoi pas. Choix conventionnel et qui se justifie en effet.

#3. J’adore la pochette. (On a tendance à les oublier les pochettes quand on fait comme moi…). C’est, je le pense aussi,le meilleur album du groupe et Bloc Party j’aime bien depuis le premier album, donc très bon choix. Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas retenu d’ailleurs.
Regrettable erreur de ma part.

#4. Alors là je suis plus que circonspecte vois-tu. Autant en concert les morceaux furent énormes autant sur album je les ai trouvés un chouïa décevants. Je n’ai pas aimé écouter l’album avant le concert (mis à part 2 ou 3 titres), j’ai adoré tous les nouveaux morceaux en live mais après coup impossible de retrouver la même ferveur en réécoutant tout cela chez moi.
Cela manquait de confettis dans mon soutien-gorge sans doute !

#5. Arghh… Il fait parti de mes mini-déceptions de l’année. Je pense que tu as raison rien ne sera aussi bien que « Thirteen Tales of Urban Bohemia ». Je reste bloquée sur cet album et depuis j’ai du mal à ne pas trouver la suite un peu fade.

#6. Entièrement d’accord avec l’autre Blaireau ci-dessus, peut être pas le meilleur mais l’un des deux meilleurs de 2008 pour moi (J’ai mis Why? juste avant). Et puis je suis trop jalouse de ne pas avoir pu voir un concert de la dernière tournée.

#7. Du conventionnel aussi, plus dans l’esprit « J’me la pète » que The Kills. Alors étonnamment il ne cesse de chuter dans mon top. Mais, mais il y a dedans THE morceau Of The Year : « Dlz ».
Et puis cet album est remarquablement produit.

#8. Très bonne surprise cet Oasis 2008. Je n’attendais plus rien d’eux et là ça m’a carrément scotchée. Une sorte de renaissance du phénix.

#9. Là je ne connais que depuis que quelqu’un dont je tairai le nom m’en a parlé. OK on te fait confiance !

#10. Très sympatoche sur disque, excellent sur scène (à la route du rock ça tenait bien la route justement). De là à le mettre dans le top 10 de l’année. Hummmm …
Y a des trucs que t’as pas écouté cette année ce n’est pas possible que The Ting Tings passent devant d’autres choses démentielles!!

En 2009 on s’occupera d’élargir un peu plus tes écoutes musicales !

Mais dans l’ensemble c’est bien, même très bien tout ça.

Marionrépondre
29 décembre 2008 à 20 h 27 min

Main stream mais honnête, belles chroniques ! (R&F 2009 !?)

30 décembre 2008 à 11 h 37 min

Yaumes> Surprenant ? Pourquoi donc ? Et pourquoi ne sais-tu pas faire de top 10 ? Des détails !

Blaireau> Merci mercii. Traditionnellement je ne compte pas les live sauf grosse baffe, d’où pas de Muse. Le Last Shadow Puppets ne m’a pas marqué à part My Mistakes… et j’avoue ne pas avoir pris le temps de jeter une oreille à Airbourne. Et je te rejoins pour le Raconteurs… Mais sur le papier seulement 🙂

Yaumes> Il m’a super-saoulé. Déjà par le bruit autour de sa sortie, ensuite parce que ce n’est vraiment pas mon truc. On oublie.

Soit dit en passant>
1 – Je ne saurais dire mieux, à part que j’ai très peu écouté l’album avant de voir le film. Mais pour le reste on est pareil sur ce coup-là 🙂

2 – On le revoit un peu partout dans les classements mais à vrai dire j’essaie de ne pas trop m’en préoccuper. Mon top 10 est pour moi, je ne cherche pas à ce qu’il ressemble aux autres ou qu’il s’en démarque, c’est mon année perso, en somme.

3 – On en fait tous allons 🙂 Elle fait très Placebo cette pochette, en fait.

4 – De mon côté j’ai découvert l’album avant ses version live, ceci explique peut-être cela…
[Pour ton annive fais-moi penser à t’offrir une pochette de confetti pour tes écoutes privées.]

5 – Pareil mais là… ça a marché. Question de contexte aussi, d’état d’esprit quand on écoute… Ça reste super-subjectif, hein.

6 – Héhé. Je me suis expliqué hein, il aurait tapé bien plus haut si… Bref. Pas grave, ils en referont d’autre.

7 – Je l’ai aimé quand même, même si lui aussi a fait une unanimité plutôt gonflante. Et DLZ est de loin le meilleur du disque. Et ce texte, hum, ce texte…

8 – Oui mis à part que Phoenix, c’est nul.

9 – Merci !

10 – Il mérite sa place dans le mien en tout cas. Je veux bien qu’on m’élargisse les oreilles mais pas trop, ça doit faire mal si on tire trop dessus hein.

Merci 🙂

Marion> Héhé. Et encore, j’ai eu la présence d’esprit de résister à la vague de barbouzes à guitounes portée par Bon Iver, Fleet Foxes et leurs amis [MGMT aussi mais sans les poils].
Ah tiens bonne idée, vivement que Manœuvre m’appelle :þ

Blaireaurépondre
30 décembre 2008 à 16 h 17 min

Un classement des meilleurs lives de l’année ?

Le Airbourne est une tuerie. Nan, sérieux, il déchire et quand on voit des extraits de live, on comprend pourquoi Angus et ses copains ne les ont pas mis en 1ere partie de leur tournée Black Ice.

Soit dit en passantrépondre
30 décembre 2008 à 22 h 05 min

–>1. Oui 🙂
–>3. Je trouve aussi ! Bien vu !
–>4. [C’est le 3 février, promets moi de ne pas oublier.]
–>10. Mais que t’es chochotte bon sang ! Beaucoup de choses peuvent se faire sans violence ni souffrances tu sais. Fais moi confiance.

31 décembre 2008 à 12 h 32 min

Blaireau> Ça ça serait une idée. Je le note pour l’année prochaine.

Ahah. Ils ont eu peur tu penses ?

Soit dit en passant>
3 – Merci
4 – Promis
10 – Nan mais c’est le fouet qui me fait peur, t’vois.

Blaireaurépondre
31 décembre 2008 à 14 h 00 min

Peur de devenir fades après Airbourne, oui.

Soit dit en passantrépondre
31 décembre 2008 à 17 h 15 min

J’avais omis une remarque concernant :

7. Savais-tu que, très étrangement, Dlz ne fut pas joué lors des concerts parisiens de septembre et décembre dernier ! Je ne sais pas si il s’agit-là d’un oubli incompréhensible ou faire preuve de très grande classe de ne pas jouer le meilleur morceau de l’album.

–>10. Le fouet sera rangé au fin fond du placard, sois sans crainte.

5 janvier 2009 à 18 h 07 min

Oasis, TV on the Radio, Raconteurs, Bloc Party comptent aussi parmi mes préférés de l’année…
Mais de TV on the Radio, je préférais nettement le précédent… Par contre, j’étais complètement passé à côté de Bloc Party que je découvre via Intimacy. Une claque ! Et je découvre avec un grand plaisir aussi leur premier disque…
Alors, par contre, The Kills, je ne comprends pas, je l’ai acheté les yeux fermés et suis tombé de haut (normal, me diras-tu, avec les yeux fermés). En fait, je n’aime pas du tout sa prod, je crois…

6 janvier 2009 à 13 h 37 min

Étrange comme beaucoup de gens dans mon entourage semblent redécouvrir Bloc Party à travers Intimacy. Étrange également que nous divergions tant sur le Kills. Mais des fois ça tient à un rien, faut dire. [Tu t’es pas fait trop mal j’espère ?]

Dix ans de bandes-sons. | Wallendorffrépondre
28 juin 2014 à 10 h 04 min

[…] En 2008, j’en disais que « ce disque se pose en invitation au voyage géante, l’album idéal du train, l’album parfait de la bagnole, l’album évident de l’avion mais surtout l’album qui colle aux semelles de la moindre équipée pédestre. Parfait de son intro à sa piste cachée, toujours prêt à partir et toujours content de rentrer. Moi qui pensais que seuls les labradors étaient vraiment fidèles, je découvre que les chanteurs à cheveux longs et chemises en draps aussi. En 2009, lui et moi en aurons encore à vivre, à découvrir, juste tous les deux. Et c’est tant mieux. » Et ce fut tant mieux, oui. Into the Wild a sonorisé des retours sur mes terres, des soirées bleues, des nuits jaunes, des aventures en montagne et des fuites vers l’avant, devenant presque un réflexe, un synonyme de l’aventure. […]

Dix ans de titres. | Wallendorffrépondre
30 juin 2014 à 12 h 45 min

[…] 2008 en… #4. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :